Translate

lundi 1 août 2016

L'hémorragie de la délivrance (du post-partum)

Ce jour magique où tout a basculé.

J'ai envie de vous parler d'un sujet qui est finalement bien trop tabou : l'hémorragie de la délivrance (ou hémorragie du post-partum).

Pourquoi est-ce un tabou? 

Sûrement parce que cela fait peur ! 
C'est première cause de décès maternel.

Qu'est-ce que l'hémorragie de la délivrance ?

C'est une hémorragie qui survient juste après l'accouchement ou dans les heures qui le suivent. C'est bien pour cela que la maman est en surveillance pendant 2 heures après l'accouchement. On parle d'hémorragie à partir de 500ml de pertes de sang et une hémorragie sévère à partir de 1 litres et dont le pronostique vital de la maman est engagé, c'est pour cela que la prise en charge doit être rapide. 

A quoi est-elle dû ?

Plusieurs causes :

- Le ou les placentas qui ne se sont pas évacués totalement (il peut en rester un bout);
- Atonie de l'utérus qui a trop  de mal à se rétracter;
- Un utérus trop distendu qui a du mal à se rétracter;
- Déchirures;
- Troubles de la coagulation.

Pas d'inquiétudes, l'hémorragie de la délivrance ne touche que 5% des accouchements et les hémorragies sévères concernent 1% des accouchements ! 


Pourquoi je vous en parle?

Parce que j'ai vécu une hémorragie de la délivrance sévère de 2 litres qui m'a évidemment beaucoup marqué, et lorsque j'ai demandé des témoignages de maman qui avaient subi une hémorragie, je me suis aperçue que c'était dur pour beaucoup d'entre elles d'en parler, de ne pas y penser et d'envisager une nouvelle grossesse. 
Pour certaines maman c'était la première fois qu'elles en parlaient et moi je dis non, il faut en parler, il faut évacuer, il faut surmonter cela et essayer d'oublier car c'est un traumatisme. 
Oui, dans une autre époque nous ne serions plus de ce monde mais aujourd'hui nous sommes là, notre époque est formidable au niveau médecine et nous avons de la chance pour ça. Vivez ! 

Mon accouchement avait été idyllique, mes bébés étaient nés par voie basse à 4 minutes d'intervalle, l'accouchement a duré environ 15 et mes bébés ont crié de suite bien que prématurés.
J'ai eu des compliment de tout le personnel qui était vraiment adorable et qui disait vouloir vivre d'autres accouchement comme le mien. 
C'était vraiment adorable et on se sent formidable dans ces moments là car on nous félicite, on nous dit qu'on est formidable, une wonderwoman carrément ! :)
Pendants que mes bébés partaient en néonat dans un autre étage on me préparait pour me transférer du bloc opératoire où j'ai accouché (pour être sur place en cas de problèmes) pour me ramener dans la salle de travail où l'on accouche par voie basse et là j'attendais patiemment la tête dans les nuages en essayant de réaliser toute contente qu'ils étaient là et en bonne santé. 
Pendant ces 2 heures, la sage-femme venait régulièrement pour surveiller la bonne rétractation de l'utérus ainsi que les saignements physiologiques. 
J'attendais avec impatience mon chéri qui était avec mes bébés et qui m'a rejoins assez rapidement. Au bout de presque 2 heures la sage-femme contrôla si tout allait bien et me dit alors que c'était bon et que j'allais pouvoir être montée en chambre et aller voir mes bébés !! J'étais tellement impatiente !! Elle venait de m'appuyer sur le ventre mais une fois qu'elle fût partie j'ai senti quelque chose de bizarre, comme si ça coulait..j'ai eu peur, j'ai appelé directement et elle m'a réexaminé, et là, ce fût l'horreur...j'ai perdu 1 litre d'un coup ! Mon chéri était à côté de moi, j'ai vraiment eu peur et je me suis dit que j'allais peut être mourir ! 
Ensuite, tout s'est enchaîné rapidement, plein de personnes sont arrivées dans la pièce, apparemment ils étaient presque 10, moi j'avais la tête qui tournait. L'infirmière qui était là à mes côté lors de mon accouchement était revenue auprès de moi pour me murmurer de la sophrologie à l'oreille pour m'apaiser. On me mit un masque parce que j'étais agitée et  je me sentais partir, pendant ce temps là on m'endormait...
Au final j'ai perdu 2 L de sang, c'était donc une hémorragie sévère.

A mon réveil, j'avais une nouvelle perfusion, je tournais la tête toujours avec mon masque et je voyais des poches de sang et de plasma... 
J'avais en perfusion un antibiotique, du fer, une solution saline, du glucose, de l'aspirine (ou paracétamol, je ne sais plus) et d'autres médicaments pour aider l'utérus.
J'étais revenue mais mal, j'avais tellement faim et soif en plus de cela...
C'était la première fois que je subissais une anesthésie générale et je dois dire que ça fait un drôle d'effet, je me souviens m'être réveiller d'un coup et j'ai eu l'impression d'avoir juste fermé les yeux quelques secondes tellement on se sent nul part quand on est endormi...
S'en est suivi une longue et douloureuse nuit...

Mes bébés étaient nés peu avant 22 h , le calvaire a donc commencé vers minuit.
Toute la nuit et jusqu'à environ 6h30 du matin une sage-femme venait m'appuyer sur le ventre, au début tous les 1/4 d'heures puis toutes les 30 minutes, c'était vraiment douloureux, je ne voulais plus qu'on touche mon ventre, je n'en pouvais plus, je préférais encore avoir des contractions. Puis je n'avais toujours ni le droit de boire ni le droit de manger.
Vers 7 heures ils ont constaté que ma respiration n'était toujours pas bonne, je désaturais (mauvaise oxygénation du sang) et une tension élevée. Ils m'ont donc fait une radio rapidement pour finalement voir qu'il y avait un peu d'eau dans mes poumons.
Ils ont essayé de me faire des gazométries (prises de sang par voie artérielle) mais sans succès. J'y ai eu le droit pendant un de mes séjours à la maternité il y a 1 an car j'avais du mal à respirer et ma saturation n'était pas top et pareil l'infirmier avait eu du mal et je vous affirme que la gazométrie était ma hantise car c'est vraiment douloureux... Du coup quand ils m'ont dit ça j'ai eu envie de pleurer ou alors j'ai pleuré.

Au final ils m'ont envoyé en réanimation où j'y suis restée 1 jour et demi... Et là j'étais entièrement surveiller, respiration (saturation), rythme cardiaque, urine, température, tension, etc. Je n'ai mangé que l'après-midi au final (enfin j'avais pu manger !!). Et pareil ils notaient tout ce que je mangeais ainsi que les quantités. 

Un jour et demi après j'ai enfin pu retourner en maternité et passer voir dans mon lit mes bébés puis plus tard on m'a levé et j'ai enfin pu marcher avec du mal pour aller voir mes tout petits bébés de 43cm dont j'avais été séparée pendant 2 jours mais avec la fatigue c'était vraiment dur. Puis enfin vînt le moment magique où j'ai pu les avoir sur moi...mes tout petits... <3

Je remercie tout le personnel soignant et mon obstétricien qui ont été top !

Merci beaucoup d'avoir lu mon témoignage. N'hésitez à commenter et à témoigner aussi ! 


7 commentaires:

  1. Je sais ce que tu as vécu puisque j'ai aussi fait une hémorragie. On a déclenché mon accouchement à 37 SA pour mes jumeaux car je faisais de la pré eclampsie. Le déclenchement n'a pas fonctionné et après 11h de travail, on m'a descendu en salle d'opération pour une césarienne. Mes bébés se portaient bien mais avec la pré eclampsie et comme mon utérus était très distance ( deux bébés de 3kg pour 50 cm avec chacun une piscine olympique qui a surpris les sage femme) j'ai fait une hémorragie sévère en perdant 1,5 litre de sang. Je suis restée jusqu'à 2h du matin en salle de réveil en observation alors que j'avais été déclenché à 7h. On m'a également transfusé quelques jours plus tard après avoir essayé de me doper au fer. J'ai vraiment eu du mal à m'en remettre d'autant que derrière j'ai fait une desunion de la cicatrice avec infection. J'ai vraiment souffert de ne pas avoir pu m'occuper de mes enfants comme je l'aurai voulu pendant la première semaine et surtout d'avoir été trop fatiguée pour réussir mon allaitement. J'attends mon troisième et j'avoue que je suis anxieuse à l'idée d'accoucher de nouveau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage ! Dur dur tout ça et la fatigue qui va avec. Je m'en suis voulue d'être fatiguée pour eux surtout qu'ils étaient en couveuse et que je ne pouvais déjà pas beaucoup m'en occuper. Pendant un petit moment j'ai eu l'impression de ne pas être leur maman :(
      Félicitation pour cette nouvelle grossesse ! Tu es suivie en maternité niveau 3 ? Normalement ils seront préparés et feront plus attention. C'est ce que je n'arrête pas de me dire mais l'angoisse a du mal à partir !
      J'ai vu que tu as un blog alors je vais aller y faire un tour ! :)

      Supprimer
  2. Merci pour cet article, qui m'a fait beaucoup de bien à lire.
    Tu as raison, il faut en parler, c'est important.
    Pour mon premier bébé, déclenchée à J+10, j'ai aussi vécu une hémorragie de la délivrance. Je ne connais pas son degré mais j'ai perdu beaucoup de sang, j'ai évité de peu la transfusion, mon utérus était atone et comme toi on m'a appuyé dessus pendant des heures et des heures très fort, c'était horriblement douloureux ... J'avais de la fièvre, et une tension très haute, grosse tachycardie ... Et j'ai très mal réagit à la perfusion d'ocytocine qu'ils m'ont injecté pour aider mon utérus à se rétracter. J'ai eu une douleur à la poitrine comme si mon coeur était pris dans un étau, puis la douleur est montée dans la tête, comme si on cognait mon cerveau à coups de marteau. J'ai eu l'impression de mourir, j'ai hurlé à la mort, et le personnel médical (10 personnes quand même) ne comprenait visiblement pas pourquoi j'avais mal. Finalement, la douleur s'est arrêtée au bout de 15 min, quand la perfusion d'ocytocine s'est arrêtée. J'ai été gardé en observation pendant 7h, ça faisait plus de 24h que je n'avais ni mangé ni bu ... Je n'en pouvais plus.

    Ce qui me fait beaucoup de mal dans cette histoire, c'est que tout cela n'apparaît pas du tout sur mon dossier médical. C'est tout simplement comme si ça n'était jamais arrivé. Il n'est fait état de rien de tout cela. Comme si j'avais vécu un accouchement normal. Alors que ça a été un cauchemar, il n'y a pas d'autres mots. C'est très dur de ne pas être reconnue dans sa souffrance.

    Heureusement, 3 ans après, j'ai pu accoucher comme je le souhaitais, en plateau technique, avec une sage-femme uniquement. Malgré mes 36h de travail, j'ai pu accéder à mon désir d'accoucher sans péridurale. Cet accouchement a été merveilleux, intense, fou et magique, il a guéri beaucoup de choses en moi. J'ai fait tout le travail, sans l'aide de personne (mais avec un soutien très fort de mon conjoint de la SF qui m'accompagnait).

    Tout ça pour dire que non, un premier accouchement traumatique ne signifie pas que le suivant sera pareil.

    Mais pour moi, dans mon cas, c'est le fait d'être déclenchée (ce qui augmente de manière significative le risque d'hémorragie) qui a entraîné toutes ces complications. Du coup j'espère avoir des accouchements naturels à l'avenir et éviter de repasser par ce genre de traumatismes.

    En tout cas merci de ton article, j'ai appris des choses grâce à lui et je suis heureuse que l'information circule, car dans mon cas, on a nié beaucoup de choses dans le déroulement de mon premier accouchement, et c'est important que les femmes sachent ce qui se passe durant le leur.

    Je t'embrasse !

    RépondreSupprimer
  3. Ah et pour info, je n'arrive pas à me connecter avec mon nom de blog sur ton blog (http://mamanendevenir.wordpress.com), je ne sais pas pourquoi ...
    J'ai du utiliser un profil perso ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !

      Merci beaucoup pour ton témoignage ! C'est bien de pouvoir partager.
      Je trouve ça fou qu'ils n'aient rien marqué sur ton dossier médical ce n'est pas normal. Ils auraient dû l'inscrire pour une future grossesse.
      Je suis heureuse de lire que ton second accouchement ait été magnifique ! Tu me redonnes espoir !
      La tachycardie ça fatigue beaucoup aussi, j'en ais fait aussi avec l'hémorragie mais j'avais déjà des risques d'en faire car je faisais déjà des crises de tachycardie avant et j'ai été opérée pour ne plus en faire. Leurs produits sont forts et c'est clair que ça n'aide pas le corps!

      Des bisous !

      Supprimer
  4. J'ai également eu une hémorragie, mais bien différente de cette histoire.
    Accouchement de mon premier fils juste 2 minute avant mes 18 ans, tout c'est très bien passer, la péridural c'était terminer 2 ou 3 minutes avant la sortie, ils ont mis mon fils sur moi. Et lorsque mon gynécologue à voulus sortir le placenta ça à été la pire douleurs que je n'ai jamais ressentis, moi qui n'avais pas hurler du tout c'était insoutenable j'ai demander à mon fiancé de reprendre le petit j'avais peur de si je ne me contrôler pas ou instinctivement je sais plus trop. Puis après je ne me souviens de rien ou en tout cas très très vaguement, ils ont du sortir mon fiancé avec mon fils et ils étaient tous agiter c'est tout ce qui me reviens quand j'y repense.
    On m'a raconter (personnel médical, mon fiancé et parents) que j'avais fait une hémorragie très grave, qu'ils avaient hésiter à me transférer dans un autre hôpital, à m'opérer etc...
    Je crois que je me suis réveiller quand ils m'ont mis les poches de sang, glacé, très douloureux car ils me les ont mis très vite avec d'autres poches (fer etc... ) ils coulaient vite et avec le froid je ne sentais plus mes membres j'avais l'impression qu'ils se désintégrer (drôle d'impression), je ne me souviens de rien d'autres ensuite, juste que quand je me suis re réveiller mon fiancé et mon fils étaient avec moi dans la salle sur un lit à côtés. Puis ensuite dans ma chambre de la maternité. Toujours avec les perfusions, une (ou plusieurs) dame(s) qui venaient me voir.

    Je sais que j'ai très bien manger sans aucune difficulté (après avoir eu des nausées durant 9 mois = sans pouvoir manger à force de vomir à chaque fois, ça faisait du bien)je me suis lever l'après-midi après avoir accoucher pour aller au toilette, sans avoir de tournis ni rien. Le personnel était vraiment très étonner ils n'avaient jamais vus ça.

    Mais honnêtement j'ai toujours du mal à m'en souvenirs, je ne me rend pas bien compte de tout ce qui c'est passer, comme si ça ne c'était pas vraiment passer comme ça, je n'ai pas l'impression que j'aurais pu en mourir. Mon fils allait très bien (après quelques examens à cause de la toxoplasmose que j'ai eu et qu'il n'a pas attraper finalement), moi aussi très bien, on est sortis le 4ème jour malgré qu'on m'ai demander à rester une journée de plus. Puis le reste c'est dérouler sans problème (mis à part une dépression durant 2 ans)

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir Amélie, je suis tombée sur ton blog au hasard de mes navigations sur IG. J'ai moi aussi fait une hémorragie de la délivrance, mais rien de bien méchant comparé à ce que tu as vécu. L'accouchement en lui même s'est très bien passé, ce fut long (merci la péri !), mais la demoiselle de 4kg est finalement sortie par voie basse et sans aide (merci l'hapto). L'hémorragie est arrivé une 20aine de minutes après, le papa était à côté avec bébé, et je crois qu'il l'habillait. Moi j'attendais qu'on me dise de pousser pour la sortie du placenta, et j'ai vraiment compris quand il est sorti pourquoi on appelle ça la délivrance ��
    Mais à ce moment, la sage femme a dit "oh merde", on a vite fait sortir papa et bébé, et là plein de monde est arrivé...J'ai eu peur, vraiment ! On m'a reperfusé, une femme est "allé chercher" ce qui restait à l'intérieur (hum oui, très glamour), on m'a aussi passé le ventre au rouleau compresseur ! Au final, je n'ai perdu "que" 800ml.
    J'ai eu la chance de ne pas avoir de transfusion, mais seulement des perfs de fer. J'ai fais un malaise le lendemain en allant au pipi. Et voilà. Bizzarement, c'est le papa qui a été le plus traumatisé des 2, car il a quand même vu en sortant que je perdais beaucoup de sang et n'a été mis au courant de rien pdt qu'on s'occupait de moi. (Et il entendait une femme hurler, et pensait que c'était moi...)
    Je savais que l'hemorragie de la delivrance pouvait arriver car on en avait parlé au cours de preparation, peut etre aussi que ça m'a aidé. Je suis à nouveau enceinte, et je ne stresse pas plus que ça en pensant à ce moment, j'ai compris que ce n'était pas anodin, mais j'ai trouvé les équipes médicales vraiment très réactives, et je pense que ça m'a rassurée. Je pense que c'est bien de savoir que ça peut arriver, même si ça peut faire peur.
    Merci de ton témoignage ��
    Belle soirée !

    RépondreSupprimer

Rendez-vous sur Hellocoton !